sep 20 2012

Travail des séances de répétition

Qui peut affirmer que chanter est une action plus physique que mentale ? Ou à l'inverse, plus mentale que physique ?
Mais au fait, comment réaliser au travers d'un chant, l'union de ces deux pôles soit-disant antagoniques ?
Le chant, peut-être plus encore qu'une autre forme artistique, est une confrontation continue à l'instant, pour l'interprète et son public.

Qui sait respirer, sait chanter : un secret de polichinelle !?

la présence à soi-même est antérieure à toute émission vocale.
Par essence, cette présence,  ne « s'enseigne » pas, mais on peut fortement encourager une rencontre avec soi-même par la fréquentation de sa propre respiration, le but recherché étant concrètement de toujours chanter sur le souffle.

Les vocalises en début de séance favorisent déjà cette construction personnelle de détente/tension de tout l'appareil phonatoire qu'implique le chant, en même temps qu'ils mettent en place, ou rappellent selon les participants, des repères rythmiques ou de hauteur de notes.

Vient ensuite le travail de la partition par pupitres et en polyphonie, sachant que l'écoute des autres pupitres est primordiale pour comprendre une oeuvres, mais aussi le rôle de son propre pupitre dans cette oeuvre...

Un concert étant le fruit d'efforts réunis, un effort individuel entre les séances autant que “sur place” est indispensable.
En conclusion : cette expérience passionnante a pour base l'apprentissage personnel des textes et lignes mélodiques pour construire l'édifice commun dans lequel chacun a sa place.
Je propose d'enregistrer des fichiers mp3 pour aider ceux qui le souhaitent.